En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu INRAE ASTREDHOR http://www.chambre-agriculture06.fr Logo Astredhor Méditerranée Logo Lycée Horticole Antibes logo partenaire Logo MYCOPHYTO Logo CNRS Logo GREDEG 3IA

Présentation de l'Unité Mixte Technologique FioriMed

Missions et stratégies

La filière horticole s’inscrit dans un marché mondialisé avec des échanges importants de matériel végétal « plante entière » qui constituent des points d’entrée majeurs de bio-agresseurs exotiques. Ces nouveaux bio-agresseurs (ex : tripidés, coccidés) mettent à mal régulièrement les stratégies de protection intégrée mises en place par le secteur. Dans ce contexte, l’acceptabilité environnementale des cultures horticoles est questionnée aujourd’hui particulièrement sur ce point de la protection des cultures.

Le Plan Ecophyto, la Directive européenne sur l’usage raisonné des pesticides, le projet Agro-Ecologique du Ministre de l’agriculture et la référence à la « triple performance » économique et environnementale, imposent aux horticulteurs de faire évoluer leurs pratiques et, par conséquence, cela doit s’accompagner d’un repositionnement des activités de recherche, d’innovation, de formation et de conseil.

Du fait de son caractère très atomisé en de multiples cultures de niches et de sa sensibilité aux effets de modes qui génèrent des turn-over très fréquents, le secteur horticole « travaille » sur du matériel végétal souvent peu connu d’un point de vue génétique et est rarement en mesure de s’appuyer sur des variétés sélectionnées pour leur tolérance/résistance aux bioagresseurs majeurs.

Malgré la complexité des challenges, la filière et ses entreprises sont engagées dans une démarche de certification environnementale de type HVE (haute valeur environnementale), créée par Val’hor, l’Interprofession française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage, et reconnue par les pouvoirs publics. « Plante Bleue » HVE est donc un label environnemental et social français : il identifie les végétaux d’ornement (arbres, plantes, fleurs) cultivés de manière éco-responsable et il certifie que les horticulteurs et pépiniéristes respectent un cahier des charges strict et précis visant à limiter les impacts environnementaux en attestant de leurs bonnes pratiques.

C’est pourquoi, les partenaires de l’unité mixte technologique ont décidé de concentrer leurs travaux sur la question des pesticides, qui constitue un verrou fondamental car il n’est pas rare que les cultures horticoles génèrent des indices de fréquence de traitement très importants (supérieurs à 150). En effet, les cultures horticoles constituent des produits à forte valeur ajoutée qui doivent être indemnes des défauts que peuvent notamment provoquer maladies et ravageurs. Or, comparé aux fruits et légumes, le produit final est souvent complexe avec des fleurs, des tiges et des feuilles ce qui nécessite une démarche très contraignante du point de vue sanitaire avec notamment des seuils de tolérances plus faibles qu’en cultures légumières.

Stratégie inspirée du programme européen PURE 

Comme le précédent programme le nouveau projet de l’UMT FioriMed² est toujours inspiré du programme européen PURE qui s’artcicule autour de 4 piliers (dont……) Pour …….. :

Pilier 1 : Co-conception de schémas de culture économes en pesticides par processus d’amélioration continue

Durant la première phase de l’UMT FioriMed, cette démarche a montré son efficacité pour co-concevoir des systèmes de production plus économes en pesticides. Introduire plus de rupture dans la conception voire la re-conception des systèmes de culture constitue un saut vers l’inconnu et le processus d’amélioration continue permet également de rectifier/améliorer les méthodologies beaucoup plus rapidement que dans une approche classique. 

Une telle démarche garde tout son sens pour introduire de nouvelles innovations et prendre en compte la multitude et la diversité des facteurs agronomiques, socio-économiques et environnementaux impliqués directement ou indirectement dans la protection des plantes et, de ce fait, espérer des sorties dont l’appropriation sera effective dans les 5 ans.

 

Pilier 2 : Nouvelles connaissances et technologies innovantes pour contrôler les épidémies

Ce pilier a pour ambition de répondre au constat que la mise en place de stratégies de protection intégrée ne relève pas d’un simple assemblage des méthodes alternatives déjà disponibles mais qu’il existe à la fois un manque de connaissances et d’outils pour alimenter ces stratégies, un recours insuffisant aux concepts d’écologie et aux outils de suivi des pestes et un manque d’appropriation des innovations par les utilisateurs finaux.

La robustesse des systèmes serres face aux aléas biologiques peut bénéficier encore de nombreuses optimisations qui résident dans la capacité intrinsèque (technologique et économique) de ces systèmes à intégrer des outils de contrôle, de pilotage et d’aide à la décision. L’UMT propose donc de travailler : (i) Mettre à contribution l’environnement physique pour caractériser le déterminisme climatique de l’apparition des foyers de ravageurs et d’auxiliaires, d’agir sur le spectre lumineux pour contrôler les épidémies (ii) Augmenter et gérer la biodiversité naturelle pour améliorer la résilience des systèmes productifs (iii) Prédire avec l’Intelligence Artificielle et la modélisation pour améliorer l’anticipation (iv) Comprendre les Mécanismes complexes de l’adhésion par les agriculteurs.

Pilier 3 : Co-innovation : Un espace test, des startups et des ateliers pour accompagner les processus et l’appropriation des connaissances

Dans ce pilier l’objectif est d’améliorer l’appropriation des méthodes et outils par la formation et par expérimentation en espace test agricole. Tous les acteurs de l’UMT FioriMed² mettront en œuvre une démarche qui capitalisera les avancées du programme de recherche de l’UMT, pour faciliter l’appropriation des innovations (Méthodes de suivi des cultures, nouveaux outils pour le conseil, méthodes de bio-contrôle identifiées au pilier 1, outils développés au pilier 2 : S@M, modèles de prévision…). 

Chacun des partenaires proposera :

-           Des formations ;

-           Des journées techniques d’information et de diffusion ;

-           Des ateliers d’échanges et de co-conception ;

-           Des journées de communication.

La contribution des nouveaux partenaires (UCA intelligence artificielle et science humaines et Mycophyto) sera importante dans ce pilier pour permettre à S@M de capitaliser les avancées de l’Intelligence artificielle grâce à une ergonomie personnalisée pour les agriculteurs et d’introduire dans les systèmes productifs des innovations en rupture.

separation

Une équipe pluridisciplinaire aux compétences variées

Forte d’un historique de partenariat ancien entre ASTREDHOR et l’Inra site de Sophia-Antipolis et les stations régionales ASTREDHOR méditerranée (Creat et Scradh), l’UMT bénéficie de la mise en synergie de compétences en agronomie, en écologie des populations, en modélisation, en conseil et en formation et s’appuie sur des réseaux de producteurs prêts à expérimenter des solutions technologiques. L’animation et le pilotage de l’UMT seront assurés par un comité de pilotage animé par Bruno Paris pour Astredhor et Christine Poncet pour Inra Isa Sophia-Agrobiotech. Le comité de pilotage composé des responsables de chaque partenaire examinera le déroulement des travaux, les perspectives d’évolution et les modalités de communication des résultats. Un comité scientifique et technique associant chercheurs, expérimentateurs, conseillers et formateurs proposera l’élaboration du programme d’activité de l’année.